Search results: "petit pain blanc"

Petit pain blanc

Dans la série « jouer à la boulangère », voici une autre recette toute simple, qui a fait son effet au petit déjeuner. La cuisson de ces pains a embaumé la maison d’une délicieuse odeur de boulange… A vos fourneaux !

Pour 9 pains environ (recette issue de Viennoiseries maison, édition Marabout)

  • 450 g de farine
  • 1 cuillerée à café de sel
  • 15 g de levure de boulanger (à aller chercher à la boulangerie avec un petit bocal, ça coûte trois fois rien)
  • 20 g de sucre
  • 300 mL de lait tiède
  • 40 g de beurre

1) Mélanger farine, sucre et sel. Faire un puits et y placer la levure émiettée, le lait et le beurre coupé en morceaux. Délayer la levure dans le lait puis incorporer la farine petit à petit pour former une boule.

2) Pétrir pendant 10 minutes puis laisser la pâte lever pendant 2-3 heures.

3) Former une boule sur le plan de travail. Attendre 5 minutes.

4) Diviser la pâte en 9 morceaux et former des boules. Marquer chaque boule en enfonçant le manche d’une cuillère en bois.

5) Les disposer sur une plaque huilée et laisser lever environ 30 minutes.

6) Mettre les pains à chauffer à 220°C pour 20 à 30 minutes.

Régalez-vous !

Le pain au levain

Cela a été une révélation pour moi de faire du pain avec de l’eau, de la farine… et même pas de levure ! Le secret c’est de fabriquer son levain et de l’entretenir.

Comment fabriquer un levain chef ?

Vous prenez un petit bocal. Vous y mettez une cuillerée à soupe de farine et une cuillerée à soupe d’eau tiède. Mieux vaut de l’eau filtrée, ou qui a reposé un peu dans la carafe car le chlore risque d’inhiber les enzymes (l’eau filtrée avec les perles de céramique convient très bien : je vous renvoie vers l’article Le plastique c’est toxique). Vous laissez reposer toute la journée à une température de 26°C.

Vous recommencez exactement la même chose le lendemain, puis les deux jours suivants.
Vous obtenez un levain chef, dans lequel on observe des bulles (plus ou moins grosses…)et qui sent le yaourt frais.


Il se conserve un peu au frigo mais il faut le nourrir régulièrement si vous ne faites pas votre pain avec. Pour cela, s’il sent trop fort, vous ajoutez une cuillerée à soupe de farine et une cuillerée à soupe d’eau tiède.

Comment faire du pain au levain ?

Il y a deux étapes : fabriquer le levain qui servira pour votre pain puis fabriquer le pain.

1) Commencez par peser le levain chef (par exemple 50 g).

2) Pour avoir la quantité de farine à ajouter, multipliez par deux (100 g ici). Ajoutez la même quantité d’eau tiède (100 g ici).

3) Prélevez deux cuillerées à soupe de ce levain pour le levain chef, mettez-le dans votre bocal au frigo.

4) Cela vous donne 200 g de levain. Il faut ensuite laisser reposer votre levain à une température de 26°C environ (je le mets près des tuyaux du ballon d’eau chaude).

5) Après un repos de 3 ou 4 heures, vous pouvez fabriquer votre pain. Pour un levain chef de 50 g à l’origine, vous ajouterez 650 g de farine. Si ce n’est pas 50 g, il faut faire une règle de trois ! Allez, je vous aide, on compte 130 g de farine pour 10 g de levain chef. Vous ajouterez ensuite la moitié de farine en eau tiède, ici 325 g.

6) Pétrir la pâte.

7) Huilez et farinez une plaque allant au four, puis placez votre pain dessus.

8) Couvrez avec un torchon et laissez-le gonfler. Un repos de 4 ou 5 heures suffit, mais je remarque que si je laisse gonfler toute la nuit le pain est nettement plus gros, et meilleur !

9) Vous pouvez enfin le mettre à cuire, au four à 200°C. Il faut environ une demi-heure de cuisson. Ne le laissez pas trop brunir, la croûte doit être dure et il doit être légèrement moelleux dessous.

Ca fait du pain consistant et très bon ! Il se conserve très bien, se congèle sans problème.

La technique peut vous paraître compliquée mais avec un peu d’organisation cela se fait bien. On peut commencer par faire son levain le matin, laisser reposer toute la journée, et fabriquer son pain le soir, laisser gonfler toute la nuit et cuire le lendemain matin !

Et même pas de machine à pain !

Quelle farine utiliser ? Je prends de la farine blanche d’épeautre 65, j’imagine que ça fonctionne aussi avec de la farine complète. Si jamais certains veulent essayer, vous pouvez faire un retour d’expérience ! A vos fourneaux !

Cette recette me vient de « fougère » du forum de la communauté zéro déchet, elle tient un blog, si cela vous dit : http://les-sauvageons.legtux.org/

Suivez-moi sur Hellocoton

 

Pour avoir accès à toutes mes recettes sucrées, consultez l’Index des recettes sucrées et boulange.

Index des recettes sucrées et boulange

Idées de goûters

Idées de desserts

Boulange

Gâteaux

Pancakes

Je vous retrouve aujourd’hui pour une recette de goûter zéro déchet. Après les madeleines, les cookies, les petits pains, voici les pancakes !

Ne plus produire de déchet ne se fait pas du jour au lendemain, et, même si c’est à la portée de tous, il faut néanmoins revoir ses habitudes et être organisé. C’est pourquoi j’ai toute une série de recettes de goûters sous la main, pour pouvoir assurer chaque jour ! Pour les goûters, en ayant des recettes faciles et rapides, j’arrive à faire presque tout maison.

Comment faire des pancakes ?

Ingrédients (pour une dizaine de pancakes)
  • 1 oeuf
  • 100 g de farine
  • 125 mL de lait (de vache ou végétal)
  • 2,5 cuillerées à soupe d’huile
  • 1 cuillerée à soupe de sucre
  1. Mélanger tous les ingrédients dans un saladier.
  2. Faire chauffer de l’huile sur une poêle puis y verser une petite louche de pâte.
  3. Laisser cuire environ 1 minute (le temps que des bulles apparaissent) puis retourner et laisser à nouveau cuire 1 minute.
    Déguster avec du sucre glace, de la confiture, de la pâte à tartiner…

Pour d’autres idées de goûters, vous pouvez consulter mes précédents articles (cliquer sur l’image pour accéder directement) :

Petit pain blanc

Les scones

Les madeleines

Les petits pains au lait

Les goûters zéro déchet (astuces et quelques recettes)

Bon appétit !
Et n’hésitez pas à partager vos recettes de goûter vite fait.

Pour avoir accès à toutes mes recettes sucrées, consultez l’Index des recettes sucrées et boulange.

Menu végétarien du lundi n°15

Encore une recette de burger ! Cette fois, nous l’avons rempli avec du cheddar et des poireaux.

Ingrédients (pour 5)

  • 3 oignons
  • vinaigre de cidre
  • huile d’olive
  • sel, poivre
  • 2 poireaux
  • 100 g de cheddar
  • des pousses d’épinards ou de la roquette
  • 5 pains à hamburger

Pour les petits pains à burgers, j’ai déjà publié la recette : Petit pain blanc

1) Couper en deux les petits pains, les placer sur la plaque du four et y verser un filet d’huile d’olive. Les laisser griller 5 minutes.

2) Emincer les oignons, ajouter du vinaigre de cidre et couvrir d’eau. Porter à ébullition et laisser cuire 7 minutes. Egoutter.

3) Emincer les poireaux (j’y mets aussi le vert). Les faire revenir dans de l’huile d’olive pendant 5 minutes et ajouter de l’eau. Laisser cuire jusqu’à ce qu’ils soient fondants. Saler et poivrer.

4) Emietter le cheddar.

5) Composer les burgers avec les oignons, les poireaux, puis le cheddar.

6) Former les burgers, enfourner à 180°C et attendre que le fromage fonde.

7) A la sortie du four, juste avant de servir, compléter les burgers avec les feuilles d’épinard ou de roquette.

A déguster avec une salade de crudités, par exemple du chou rouge. C’est un plat complet et délicieux. Et les burgers, ça marche toujours auprès des enfants !

Bon appétit et bon lundi !

 

 


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Les algues du printemps

L’endroit où je vis est idéal pour partir récolter des algues. En moins de 5 minutes, je me retrouve sur l’estran et je peux prélever ce dont j’ai besoin. Je vous emmène avec moi !

Les températures sont plus clémentes et la luminosité meilleure, aussi les algues recommencent doucement à pousser. Grâce au fort coefficient de marée de ce week-end, j’ai pu ramasser de la dulse, du pioka et de la laitue de mer.

Qu’est-ce que le pioka ?

                                          Pioka

Il s’agit d’une petite algue brune que l’on peut arracher du rocher. Elle pousse assez loin sur l’estran, il faut donc attendre que la mer se retire avec un fort coefficient (80 ou 90 au moins).

Je les mets à sécher sur la table de jardin, et j’attends qu’elles blanchissent. Cela prend 3 semaines environ. Ensuite, je les stocke dans une grande boîte en métal.

J’en fais des flans. J’ai publié la recette dans un précédent article : Ramasser et cuisiner les algues.

Qu’est-ce que la dulse ?

                                     Dulse

C’est une algue rouge. Pour la récolter, il faut la couper avec des ciseaux et laisser la longueur d’une main à partir de sa base, pour lui permettre de repousser.

Je la lave et la conserve dans un bocal au réfrigérateur. Vous pouvez aussi la congeler.

Je l’incorpore facilement à mes quiches, cakes, salades, sans cuisson préalable. Hier par exemple, j’ai fait une tarte oignons et dulse, c’était très bon !

Qu’est-ce que la laitue de mer ?

                                Laitue de mer

C’est une algue verte. Même technique de récolte que pour la dulse. L’algue est très présente sur les côtes bretonnes, et si vous la ramassez fraiche, elle est tout à fait comestible ! Ce n’est que lorsqu’elle se décompose qu’elle devient nocive.

La laitue de mer se présente sous forme de feuilles. Vous trouverez peut-être aussi du persil de mer, qui est aussi comestible, mais qui a l’aspect de longs fils frisés.

Je l’utilise aussi comme condiment, comme pour la dulse. Autre utilisation : on peut en faire des papillotes : enveloppez vos filets de poissons et mettez à cuire à la vapeur.

Et voici une recette pleine de vitamines et de minéraux : le tartare d’algues.

Comment préparer un tartare d’algues ?

                          Tartare d’algues

Ingrédients
  • dulse (une bonne poignée)
  • laitue de mer (une bonne poignée)
  • une échalote
  • 1/2 cuillerée à café de jus de citron
  • 3 cuillerées à soupe d’huile

1) Hacher menu les algues et l’échalote.

2) Mélanger le tout dans un bocal.

3) Ajouter le jus de citron et l’huile. Mélanger et conserver au réfrigérateur.

A consommer sur du pain, ou en accompagnement de légumes ou céréales.

 

J’ai aussi récolté ceci sur l’estran, et ça me laisse perplexe… Pas vous ?

 

 


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Menu végétarien du lundi n°8

Vacances obligent, j’ai un peu délaissé le blog cette semaine pour m’occuper des enfants, et profiter du beau temps ! Mais je n’oublie pas que nous sommes lundi et qu’un menu végé s’impose aujourd’hui. Mes enfants étaient enchantés, nous avons mangé des burgers végétariens.

La recette est issue du livre Je veux manger comme à la cantine bio ! édité chez Terre vivante. Les « steak végétaux » concoctés pour garnir les burgers se nomment les « petits farçous ».

Comment faire des pains à hamburgers ?

Cela signifie bien sûr que vous avez un peu de temps. Je les ai fait moi-même cette fois-ci, en suivant la recette des petits pains blancs. Sinon, je peux aussi les commander à la boulangerie, j’y vais avec un sac en tissu pour ne pas avoir de déchet.

Recette des petits farçous

Ingrédients
  • 2 oeufs
  • 100 g de farine
  • 20 cL de lait
  • 250 g de blettes ou d’épinards
  • 1 botte de ciboulette
  • 1 botte de persil
  • 1 gousse d’ail
  • 1 oignon
  • 100 g de lentilles corail cuites (optionnel)
  • huile
  • sel, poivre

Blettes du jardin

Quelques brins de ciboule de Chine plantée l’an passé

  1. Battre les oeufs, la farine, le lait, le sel et le poivre.
  2. Cuire les lentilles : les mettre dans une casserole, ajouter de l’eau et laisser cuire environ 20 minutes.
  3. Laver les blettes et les herbes. Hacher l’ail et l’oignon.
  4. Mélanger les lentilles, les blettes, les herbes, l’ail et l’oignon et mixer.
  5. Ajouter la préparation à la pâte.
  6. Dans une poêle, mettre l’huile à chauffer. Faire cuire les farçous comme des petites crêpes (environ deux cuillerées à soupe). Compter 2 à 3 minutes pour chaque côté.
  7. Laissez vos enfants composer leurs burgers et jouer à qui fait le plus gros (en l’occurrence c’était moi…) : mettez à disposition un peu de salade, de crudités (radis noir pour nous), de la moutarde, une sauce au yaourt…

Mes enfants, qui ont bon appétit, ont été rassasiés avec un burger composé de trois farçous. Je n’avais pas mis de lentilles, je pense que les farçous auraient été plus volumineux si je l’avais fait.

C’est une recette à refaire, indéniablement !

Pour ce qui est du lait, j’utilise du lait d’amande que je fais moi-même. Avec ce qu’il reste (les restes d’amande, ce qu’on appelle l’okara), je fais des cookies pour le goûter.

Cookies à l’okara chocolat blanc et chocolat noir

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Psaume 104 : les splendeurs de la création

En feuilletant la Bible, on trouve très souvent des perles qui dévoilent la beauté de notre bonne vieille planète. Car oui, on n’en a qu’une et quand on aura épuisé les ressources, qu’il n’y aura plus de pétrole, on devra quand même rester, il n’y a pas de planète de rechange…

Plusieurs passages de la Bible sont carrément écolos, et particulièrement les psaumes où on trouve de beaux passages. Je n’ai pas choisi le plus court, mais je voulais quand même vous partager le psaume 104. Il y est question du vent, des sources d’eau, de la nourriture prélevée de la terre, des arbres, de la mer et des animaux qui y vivent. C’est une ode à la biodiversité ! Tout nous est offert gratuitement, tout ce dont nous avons besoin pour vivre est dans la nature. Alors pourquoi est-ce si difficile d’accepter d’en prendre soin ?

En version courte, avec les passages que j’aime.

« tu t’avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs un feu de flammes. »

« Dans les ravins tu fais jaillir les sources,
elles cheminent au milieu des montagnes ;
elles abreuvent toutes les bêtes des champs »

« De tes chambres hautes, tu abreuves les montagnes ;
la terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;
tu fais croître l’herbe pour le bétail
et les plantes à l’usage des humains,
pour qu’ils tirent le pain de la terre
et le vin qui réjouit le coeur de l’homme,
pour que l’huile fasse luire les visages
et que le pain fortifie le coeur de l’homme. »

« Tous ils espèrent de toi
que tu donnes, eux, ils ramassent,
tu ouvres la main, ils se rassasient. »

Et en version longue (et illustrée) pour les plus courageux !

Bénis Yahvé, mon âme.
Yahvé, mon Dieu, tu est si grand !
Vêtu de faste et d’éclat,
drapé de lumière comme d’un manteau,

tu déploies les cieux comme une tente,
tu bâtis sur les eaux tes chambres hautes ;
faisant des nuées ton char,
tu t’avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs un feu de flammes.

Tu poses la terre sur ses bases,
inébranlable pour les siècles des siècles.
De l’abîme tu la couvres comme d’un vêtement,
sur les montagnes se tenaient les eaux.

A ta menace, elles prennent la fuite,
à la voix de ton tonnerre, elles s’échappent ;
elles sautent les montagnes, elles descendent les vallées
vers le lieu que tu leur as assigné ;
tu mets une limite à ne pas franchir, qu’elles ne reviennent couvrir la terre.

Dans les ravins tu fais jaillir les sources,
elles cheminent au milieu des montagnes ;
elles abreuvent toutes les bêtes des champs,
les onagres y calment leur soif ;
l’oiseau des cieux séjourne près d’elles,
sous la feuillée il élève la voix.

De tes chambres hautes, tu abreuves les montagnes ;
la terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;
tu fais croître l’herbe pour le bétail
et les plantes à l’usage des humains,

pour qu’ils tirent le pain de la terre
et le vin qui réjouit le coeur de l’homme,
pour que l’huile fasse luire les visages
et que le pain fortifie le coeur de l’homme.

Les arbres de Yahvé se rassasient,
les cèdres du Liban qu’il a plantés ;
c’est là que nichent les passereaux,
sur leur cime la cigogne a son gîte ;
aux chamois, les hautes montagnes,
aux damans l’abri des rochers.

Il fit la lune pour marquer les temps,
le soleil connaît son coucher.
Tu poses la ténèbre, c’est la nuit,
toutes les bêtes des forêts s’y remuent.
Les lionceaux rugissent après la proie
et réclament à Dieu leur manger.

Quand se lève le soleil, ils se retirent
et vont à leurs repaires se coucher ;
l’homme sort pour son ouvrage,
faire son travail jusqu’au soir.

Que tes œuvres sont nombreuses Yahvé !
Toutes avec sagesse tu les fis,
la terre est remplie de ta richesse.

Voici la grande mer aux vastes bras,
et là le remuement sans nombre
des animaux petits et grands,
là des navires se promènent
et Léviathan que tu formas pour t’en rire.

Tous ils espèrent de toi
que tu donnes, eux, ils ramassent,
tu ouvres la main, ils se rassasient.

Tu caches ta face, ils s’épouvantent,
tu retires leur souffle, ils expirent,
à leur poussière ils retournent.

Tu envoies ton souffle, ils sont créés,
tu renouvelles la face de la terre.

A jamais soit la gloire de Yahvé,
que Yahvé se réjouisse en ses œuvres !
Il regarde la terre, elle tremble,
il touche les montagnes, elles fument !

Je veux chanter à Yahvé tant que je vis,
je veux jouer pour mon Dieu tant que je dure.
Puisse mon langage lui plaire,
moi, j’ai ma joie en Yahvé !

Que les pécheurs disparaissent de la terre,
les impies, qu’il n’en soit jamais plus !

Bénis Yahvé, mon âme !

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén