J’habite une commune sur le littoral finistérien, et depuis quelques temps je m’intéresse aux algues. J’ai participé à un atelier de récolte des algues, ce qui m’a permis d’en reconnaître certaines. J’en ensuite poussé les recherches un peu plus loin pour savoir comment les utiliser, particulièrement en cuisine.

Tout ce qu’on a à faire pour récolter des algues est de :

  • attendre un fort coefficient de marée (vers 100) et y aller une heure avant la basse mer ;
  • se munir d’un grand sac/panier et de bottes ;
  • prendre des ciseaux.

Il ne faut pas arracher les algues, car pour préserver la biodiversité, il est essentiel de penser à la repousse ! Lorsque vous récoltez, assurez-vous de prendre des algues bien accrochées à un rocher (pour être sûr de leur fraîcheur), et de laisser une longueur de main à partir de la racine avant de couper.

Alors, prêts ? Voici quelques algues que je trouve par chez moi.

La dulse

       On peut l’utiliser fraîche en tartare ou séchée et broyée à incorporer dans une sauce, vinaigrette.

Elle est riche en protéines, minéraux (magnésium, fer, phosphore, iode) et bien équilibrée en vitamines A, B, C.

La laitue de mer

On peut l’utiliser fraîche en tartare ou séchée et broyée à incorporer dans une sauce, vinaigrette. On peut l’utiliser comme papillotte.

Elle est riche en minéraux (calcium, fer, magnésium) et en vitamines A et C.

Le pioka (celle-là, on peut l’arracher directement de son rocher, elle repousse très facilement)

On l’utilise pour gélifier les préparations lactées : faire du flan. Une fois récolté, il faut le faire sécher 3 semaines dehors. Il sera séché par le vent et le soleil, lavé par la pluie. Une fois sec, il doit avoir blanchi. Puis on le range dans une boîte hermétique. Il se conserve 2 ans.

Il est riche en protéines, en minéraux (calcium, phosphore, magnésium, iode) et en vitamines B et C.

Les spaghettis (haricots) de mer

On les utilise en accompagnement, bouillies dans l’eau. On peut les faire revenir dans l’huile avec des échalotes, des légumes. Dans ce cas, ce n’est pas la peine de les faire bouillir : elles cuisent avec les légumes, et deviennent vert fluo !

Elle est riche en minéraux (magnésium, calcium, iode) et en vitamines B et C.

Le kombu royal

Elle peut être utilisée en papillote. Couper un morceau de 20 cm de long. Placer le filet ou pavé de poisson à l’intérieur. Ajouter un filet d’huile d’olive, du poivre. Enrouler l’algue autour du poisson. Faire cuire 10 minutes à la vapeur.

Très riche en minéraux (magnésium, calcium, fer, iode, sélénium). C’est l’algue la plus riche en iode.

Pour les personnes souffrant d’hyperthyroïdie, la consommation d’iode n’est pas recommandée. Renseignez-vous avant de consommer trop d’algues.

J’espère que cela vous inspirera. J’ai fait une récolte à la fin du mois d’août. J’ai mis le pioka à sécher pendant 3 semaines, puis je l’ai ramassé : depuis j’ai mon stock pour faire du flan tout l’hiver ! J’ai fait un peu de tartare d’algues. Les autres algues, je les ai lavées, puis congelées. Elles se conservent très bien ! Je les sors au fur et à mesure : j’en mets dans la soupe (ma préférée est la dulse), dans les cakes salés, ou en papillote autour d’un poisson.