Le top départ des achats de fin d’année a été donné par le Black Friday. Nous subissons à nouveau une mode nous venant de l’autre côté de l’Atlantique et qui nous réduit à de simples acheteurs. A cette période de l’année, je ne peux m’empêcher de penser à la chanson de Souchon :

« On nous fait croire que le bonheur c’est d’avoir, de l’avoir plein nos armoires. Dérision de nous, dérisoires. »

Et pourtant, tout n’est pas à vendre, loin de là ! Mais comment s’y retrouver en tant que chrétien ? Comment arrêter cette frénésie dépensière pour se préparer VRAIMENT à Noël ? Et si nous commencions par nous décharger du superflu qui nous empêche de goûter pleinement à la joie de la naissance de Jésus ?

De mon point de vue, le superflu ce sont les jouets en trop qui vont faire déborder les armoires de mes enfants déjà bien chargées, la nourriture en surabondance, les emballages brillants, étincelants qui vont finir à la poubelle puis incinérés, les décorations qui ne durent qu’un temps et qui seront vite oubliées, remplacées par des nouvelles l’année d’après. Alors oui, on me dira qu’on ne peut pas tout supprimer, qu’on ne veut pas d’un Noël triste. Mais est-ce que la joie est vraiment conditionnée à la surconsommation ? Non ! Soyons créatifs ! Inventons une autre façon de fêter Noël sans ruiner notre planète et alourdir nos coeurs.

Chez nous aussi nous avons des efforts à faire, tout est loin d’être parfaitement « écolo » car nous pensons aux Noël de notre enfance et avons bien du mal parfois à nous défaire de nos habitudes. Par exemple, je n’ai pas pu me résoudre à fabriquer un sapin en bois flotté ou en palettes… Et pourtant, comment donner de bons réflexes à nos enfants si nous ne le faisons pas ?

Que peut-on faire concrètement ? Ne plus acheter de calendrier de l’Avent jetable, mais en fabriquer un que l’on pourra réutiliser l’année suivante. Nous en avons un en feutrine : mon fils y a cousu 24 poches que j’ai remplies avec des phrases d’Evangile, des coloriages, des bonbons, et chaque dimanche de l’Avent une petite bougie. Dans la 24è il y a… Jésus.

On trouve énormément d’idées sur Internet, comme par exemple réutiliser des rouleaux de papier toilette pour en faire des petites pochettes.

Je n’ai acheté aucune décoration cette année. Juste un cahier de loisir créatif pour en faire en papier et les enfants sont bien occupés ! Le mot d’ordre c’est : on fait avec ce qu’on a et surtout, on laisse libre court notre imagination et à celle de nos enfants.

C’est vrai, j’aurais pu m’en passer. Mais ça donne des idées…

« Il n’y avait plus de beige alors j’ai mis du marron. »

Branche d’épicéa, vieille guirlande et étoiles rapportées de l’école l’an passé.

Pour plus d’idées, on peut consulter l’article de la famille presque zéro déchet  Slow Noël

La période est aussi propice à discuter consommation et gaspillage avec les enfants. Par exemple : « Pourquoi on ne met pas de guirlande lumineuse sur le sapin ? sur la maison ?  » Si on leur explique, ils comprennent bien !

Et vous ? Que faites-vous pour faire de Noël un vrai moment de partage ?