« Car il y a pour l’arbre un espoir : une fois coupé, il peut verdir encore et les jeunes pousses ne lui feront pas défaut. Quand bien même sa racine aurait vieilli en terre, et que la souche serait morte dans le sol, dès qu’il flaire l’eau, il bourgeonne et se fait une ramure comme un jeune plan. » (Job, 14, 7-8)