Mois : mars 2019

Le grand débat des enfants

Mercredi 20 mars avait lieu un événement suffisamment rare pour être mentionné : le gouvernement donnait la parole aux enfants dans le cadre du grand débat national. Bonne initiative, sans doute.

(AP Photo/Francois Mori)

Ecouter les enfants, les laisser s’exprimer et prendre en compte leurs idées. Cela est vendeur. On ne peut pas dire qu’on n’est pas d’accord. En ayant entendu parler de cette initiative, je me suis mise à chercher les compte-rendus de ce débat sur Internet. On y lit des paroles d’enfants. Elles sont brutes, naïves, pleines d’espoir, comme le sont les enfants eux-mêmes ! Mais tout cela me laisse perplexe.

Comme vous pouvez l’imaginer, ce sont surtout les questions d’environnement qui m’intéressent. On peut voir la vidéo ici où des enfants interrogent Macron, le prennent à parti, sur son inaction en faveur du climat. Question simple et provocatrice, réponse très pragmatique. Alors : où est le bon, où est le méchant ? Chacun a sa position et c’est là que le débat devient stérile ! La communication ne passe pas. Que peut-on attendre d’une telle confrontation ? Les enfants n’ont pas les billes pour trouver des solutions au niveau national. Ils ont quelque chose de précieux : le rêve. Ne leur enlevons pas cet état d’esprit que beaucoup d’adultes ont perdu, dont notre président a priori… Mais ne pensons pas non plus que les écouter sans broncher va faire bouger les choses. Bien sûr il faut les entendre mais après cela ils ont besoin d’être accompagnés pour ensuite prendre leurs responsabilités. Ne leur faisons pas croire que c’est facile mais aidons-les à prendre les choses en main.

Agir ou ne pas agir pour la planète est de notre ressort, à NOUS, et même de celui des enfants. N’attendons pas les bras croisés que le gouvernement agisse par miracle ! Il sera probablement trop tard…

« [Yahvé] changeait les fleuves en désert,
et les sources d’eau en soif,
un pays de fruits en saline,
à cause de la malice des habitants.
Mais il changea le désert en nappe d’eau,
une terre sèche en source d’eau ;
là il fit habiter les affamés,
et ils fondèrent une ville habitée. » (Psaume 107 ; 33-36)

Menu végétarien du lundi n°12

Pour ce lundi, c’est un peu un repas réalisé avec les fonds de placard : un « parmentier orange » de butternut, lentilles corail et carottes râpées.

Ingrédients (pour 4)

  • un courge butternut
  • 200 g de lentilles corail
  • une carotte
  • une gousse d’ail
  • de la chapelure
  • une épice (il me restait du massalé)
  • sel, poivre
  • huile

Comment réaliser le parmentier orange ?

  1. Couper la courge butternut en gros cubes et la faire cuire à l’eau bouillante salée jusqu’à ce que les morceaux soient tendres. Réduire en purée (je le fais à la fourchette) puis ajouter du sel, du poivre et l’épice. Bien mélanger.
  2. Cuire les lentilles (15 minutes environ) : les placer dans la casserole, ajouter de l’eau et mettre à bouillir.
  3. Dans un plat à gratin, disposer la purée de butternut, puis les lentilles. Ajouter par dessus la carotte râpée, l’ail haché et un peu de chapelure. Terminer par un filet d’huile d’olive.
  4. Placer le plat au four à 180°C pendant 20 minutes.

Pour un plat vraiment complet, vous pouvez servir avec une céréale et une salade verte. J’ai préparé du sarrasin, c’était très bon. Les enfants en ont redemandé !

Suivez-moi sur Hellocoton


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Pâques se prépare

Aujourd’hui c’est le premier jour du printemps. On ne peut pas dire que les rayons de soleil adoucissent l’air breton mais les bourgeons sont déjà là et l’envie de sortir se fait pressante ! Comme l’an passé, j’ai préparé un arbre de Pâques et les enfants se sont fait une joie de le décorer.

Pour la base c’est très simple : une visite à la déchèterie pour y dénicher des branches de saule frisé. Elles sont d’un plus bel effet sur la table.

Pour la décoration, nous avons ressorti les oeufs en papier de l’an passé et le petit dernier y a ajouté son grain de sel.

Entre les oeufs à thème, avec des phrases d’évangile ou juste colorés, il y en a pour tous les goûts.

Pour réaliser cet arbre, il vous faudra :

  • des branches d’arbre tordues
  • du papier cartonné
  • une aiguille
  • des ciseaux
  • du fil

Une fois vos oeufs décorés, il suffit de trouer le haut avec l’aiguille et de passer le fil. Il n’y a plus qu’à suspendre !

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Menu végétarien du lundi n°11

Pour ce lundi, une assiette végétarienne composée d’un avocat, d’un peu de choucroute et d’haricots blancs, ainsi que des galettes de pommes de terre.

Les oeufs des galettes et les haricots blancs apportent des protéines. L’avocat est riche en lipides.

Voici mon repas en version emportée :

Un tupperware, une gourde, une fourchette et une serviette en tissu, à emporter dans un tote bag : difficile le zéro déchet ?

Après les pancakes de la semaine dernière, c’est encore une recette à la poêle ! La résistance de notre four a lâché la semaine dernière, alors je prends mon mal en patience et je fais autrement. Ces galettes de pommes de terre ont bien plu aux enfants. Elles sont simples à faire (je n’aime décidément pas les recettes avec plein d’ingrédients compliqués) et restent bien compactes à la cuisson.

Encore une fois, je vous donne la référence : elle vient du livre God save the cook qui regroupe des recettes anglo-saxonnes.

Comment faire des galettes de pommes de terre ?

Ingrédients (pour 4)
  • 400 g de pommes de terre
  • 1 oignon blanc
  • 3 cuillerées à soupe de farine
  • 2 oeufs
  • huile
  • sel, poivre

1) Emincer l’oignon et râper les pommes de terre.

2) Battre les oeufs et y ajouter la farine. Mélanger.

3) Ajouter l’oignon et les pommes de terre. Saler et poivrer.

4) Mettre l’huile à chauffer dans une poêle puis faire cuire des petites galettes (une cuillerée à soupe), 5 minutes environ de chaque côté.

Bon appétit  et bon lundi !

Suivez-moi sur Hellocoton

 


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Le Pape François et le respect de la création

Depuis la parution de son encyclique Laudato si en 2015, le pape François s’est révélé être un porte parole de la transition écologique. Ses discours sur le respect de la nature ne se limitent pas à un catalogue de « bons gestes » à avoir pour sauver la planète, il va plus loin : il appelle l’homme à se convertir pour « faire du bien à la création ».

Pierre Rabbhi ne dit pas autre chose dans son livre Vers la sobriété heureuse :

« Il est urgent de placer l’humain et la nature au coeur de nos préoccupations et de mettre tous nos moyens et compétences à leur service ».

Le Pape appelle chacun à accueillir dans sa vie la merveilleuse nouvelle de la Résurrection, à savoir que la vie prend toujours le dessus sur la mort. Il site pour cela Saint Paul :

 » La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. »
(Rm 8, 19)

Se révéler à nous-mêmes, c’est laisser Dieu agir en nous, et cela a pour finalité le désir de prendre soin de soi, des autres et de la nature. Si nous nous laissons aller, nous prenons vite le pli d’être destructeur, sans même nous en rendre compte !

Si par exemple on ne sait pas (on ne veut pas savoir)  que la planète étouffe sous le plastique, nous continuons à en acheter et à en utiliser, et en faisant cela, nous permettons à ce système destructeur de perdurer. Ce plastique se retrouve même dans l’estomac de nos amies les vaches qui, en broutant innocemment de l’herbe, ingèrent des détritus passés inaperçus.

Si j’achète des fruits et des légumes arrosés aux pesticides, je favorise une production dévastatrice des sols et du vivant dans son ensemble.

Voilà ce que dit le Pape dans son discours pour le Carême :

« Nous mettons souvent en acte des comportements destructeurs envers le prochain et les autres créatures, mais également envers nous-mêmes, en considérant plus ou moins consciemment que nous pouvons les utiliser selon notre bon plaisir. L’intempérance prend alors le dessus et nous conduit à un style de vie qui viole les limites que notre condition humaine et la nature nous demandent de respecter. »

Intempérance est un mot qui me parle : en toute chose je pense qu’on gagnerait à se tempérer davantage.

Ces deux hommes se rejoignent sur beaucoup de choses. Déjà sur leur âge : ils ont respectivement 81 et 83 ans. Ensuite sur la liberté de leur discours. Leur parole est claire et ils n’ont pas la langue de bois ! Ils dérangent certainement car ils mettent l’accent sur nos incohérences.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Menu végétarien du lundi n°10

Nous voici déjà arrivés au dixième lundi vert ! Au menu aujourd’hui : pancakes à la patate douce et pois chiches.

Si ça fait 10 lundis que vous ne mangez pas de viande, à raison de 200 g de viande pour une portion individuelle, c’est donc 2 kg de viande que vous n’avez pas consommés. L’ONG Grain a rendu une étude menée sur l’année 2016 sur plusieurs entreprises productrices de viande et de produits laitiers. Selon elle, l’entreprise Bigard produirait 20,32 kg de CO2 par kg de viande. Vous avez donc évité l’émission de 40,64 kg de CO2 dans l’atmosphère, bravo !

Passons aux choses sérieuses, voici la composition de mon assiette :

  • 3 pancakes à la patate douce, recette que vous trouverez plus bas ou sur le blog dont je me suis inspirée ici
  • pois chiches
  • radis noir râpé (bon pour le foie, dimanche a été très festif !)
  • salade verte
  • sauce kimchi, recette coréenne de légumes fermentés ici

Comment faire des pancakes à la patate douce ?

Ingrédients (pour 5 ou 6 personnes)
  • 400 g de patates douces
  • 2 oeufs
  • 160 g de farine
  • 2 cuillerées à soupe de lait
  • 1/2 cuillerée à café de bicarbonate de soude + 1 cuillerée à café de vinaigre de cidre
  • paprika
  • sel poivre
  1. Couper les patates douces en gros morceaux et les faire cuire à l’eau bouillante pendant environ 15 minutes.
  2. Les égoutter puis écraser les morceaux (vous pouvez garder la peau si elles sont bio).
  3. Dans un saladier, mélanger les autres ingrédients et y ajouter la purée de patates douces.
  4. Faire chauffer de l’huile dans une poêle puis faire cuire les pancakes environ 2 minutes de chaque côté.

Ils sont sincèrement très simples à cuire, ils ne se défont pas à la cuisson. Mes enfants ont suggéré de les utiliser comme des steaks végétaux dans des burgers ! Honnêtement ce serait un peu lourd, les pancakes se suffisent à eux-mêmes.

Et vous, quel a été votre menu ?

Suivez-moi sur Hellocoton


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Carême et zéro déchet : même combat ?

Ce mercredi 6 mars, les chrétiens débutent le Carême. Il a, dans notre société, une image poussiéreuse, il nous fait penser à une période de privation, et ça, dans une société de consommation, on n’aime pas trop. Et puis, qui aujourd’hui respecte le Carême ? Est-ce vraiment si démodé ?

Pendant le Carême, les chrétiens se préparent à fêter Pâques, qui est en quelque sorte l’apothéose de la foi chrétienne : la résurrection d’un homme, le passage d’une mort atroce à une vie resplendissante.

Le mercredi des cendres (aujourd’hui) nous rappelle tout simplement ce que nous aimerions mieux oublier dans notre vie, ce qui va mal : notre manque de confiance en nous, nos peurs face à l’avenir, nos soucis quotidiens, nos colères, nos sentiments de culpabilité… la liste peut être longue ! Le Carême n’est pas là pour nous morfondre sur nous -mêmes mais il nous aide à faire le vide. Il nous aide à laisser plus de place à Dieu, comme si nous ouvrions nos voiles pour laisser le vent les gonfler d’air.

Le mouvement zéro déchet dont je parle si souvent nous aide aussi à faire le vide ! Personnellement, quand j’ai commencé la démarche, je me suis mise à vider mes placards des objets dont je n’avais pas besoin, des vêtements que je ne mettais jamais, des cosmétiques aux contenus douteux… et ça m’a fait un bien fou !

Si je sais que je raffole du shopping, je peux me dire que pendant la période du Carême j’évite les achats compulsifs. Bonne nouvelle : ils ne sont pas nécessaires à ma vie et cela fera du bien à mon budget.

On peut aussi se restreindre en terme de sucreries, d’alcool, de tabac… sans se culpabiliser s’il y a des loupés.

Cela peut être une mauvaise habitude qu’on a du mal à lâcher, comme critiquer telle ou telle personne, se trouver des défauts en permanence…

Entre les lundis sans viande, les mois sans supermarché, sans plastique, sans alcool… le Carême peut trouver sa place dans notre société ! Pendant 40 jours, vous pouvez vous donner un défi, tout seul ou à plusieurs.

Bref, cette période est propice au changement en mieux ! Et même les enfants peuvent faire un petit effort pour rendre un service par exemple. C’est aussi les responsabiliser que leur dire qu’ils peuvent participer au mieux être de la famille.

Pour les enfants, j’ai trouvé un Chemin de Carême qui les aide à se repérer pendant cette période. C’est un peu la version moins commerciale du calendrier de l’Avent. Ils aiment beaucoup, ça leur permet de patienter mais aussi de suivre les moments importants de la semaine sainte, juste avant Pâques.

« Et moi, je suis comme un canal issu d’un fleuve,
comme un cour d’eau conduisant au paradis.
[…]
Et voici que mon canal est devenu fleuve
et le fleuve est devenu mer. »
(Ecclésiastique 25, 30-31)

Et vous, trouvez-vous que cette période du Carême soit particulière ?

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Menu végétarien du lundi n°9

Je vous livre deux repas pour ce lundi ! Repas en solo à emporter pour le midi et repas familial du soir.

Avec les restes du week-end, je me suis préparée mon déjeuner tupperware avec des pois chiches, du riz, du chou vert à la sauce soja et de la sauce kimchi.

Comment préparer les pois chiches ?

Vous pouvez les acheter en boîte, mais si vous êtes devenu adepte de l’achat en vrac, il faut savoir les cuire ! Comme la plupart des légumineuses, faites-les tremper toute la nuit et le lendemain, filtrez, mettez-les dans une casserole, couvrez d’eau et laissez cuire pendant environ une heure. Les pois chiches sont une bonne source de protéines.

Comment préparer le chou vert ?

Nous aimons beaucoup l’association chou vert + sauce soja.

  1. Couper le chou vert en petits morceaux et le placer dans une casserole.
  2. Ajouter un peu d’eau, couvrir la casserole et laisser cuire à l’étouffée, environ 15 minutes.
  3. Un peu avant la fin de la cuisson, ajouter la sauce soja.

Qu’est-ce que le kimchi ?

C’est une recette coréenne de légumes fermentés que j’ai découverte sur le site Chocolate et Zucchini. Cette sauce piquante peut se conserver longtemps dans des bocaux fermés au réfrigérateur. J’en ai préparé d’avance, en divisant par deux les quantités proposées sur le site. Je trouve qu’elle se marie bien avec du riz.

Et pour le repas du soir ?

J’ai cuisiné un gratin de pommes de terre et patates douces. La recette vient du Livre de cuisine qui fait aimer les fruits et les légumes aux enfants, que je vous conseille ! Les recettes peuvent être faites par les enfants, elles sont colorées, donnent envie et le livre est joliment illustré par des aquarelles de l’auteur (Erin Gleeson).

Ingrédients (pour 4 ou 5)
  • 2 patates douces
  • 10 pommes de terre
  • 4 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • sel, poivre
  • thym
  • huile

1) Couper les légumes en rondelles de 5 ou 6 mm d’épaisseur.

2) Les placer debout dans un plat à gratin, en alternant.

3) Saler, poivrer, saupoudrer de thym et ajouter l’ail.

4) Recouvrir d’huile.

5) Laisser cuire à 220°C pendant une heure : les légumes vont rôtir.

Servir avec une salade verte, un morceau de fromage… Tout le monde a beaucoup aimé !

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton


Marine

Pour retrouver toutes mes recettes, je vous invite à consulter l’Index des recettes végétariennes.



Les petites crêpes du vendredi

La soirée crêpes est un incontournable de la semaine, parents et enfants adorent ! Nous avions plus ou moins laissé tomber depuis quelques temps car nous passions notre temps à naviguer entre la poêle et la table, sans pouvoir discuter et en finissant fatigués, voir énervés… Jusqu’à ce que je me mette à faire des petites crêpes !

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén