Convaincre ou donner l’exemple ?

Quand on se met à aborder la question écologique avec des personnes proches, on se rend compte que tout le monde est souvent d’accord sur les grands principes. C’est après que ça devient marrant…

La planète se réchauffe

A moins d’avoir des oeillères, études de scientifiques à l’appui, personne ne peut aujourd’hui prétendre le contraire. Le rapport du GIEC sorti en octobre 2018 indique les conséquences pour la planète si le réchauffement était limité à 1,5°C (par rapport à l’ère préindustrielle) : plus de vagues de chaleur, plus de pluies torrentielles, baisse de rendement des cultures, moins de poissons, élévation du niveau de la mer… Mais si rien n’est fait, le réchauffement sera porté à + 5,5°C ! Belle illustration sur le site du Monde.

La pollution par le plastique

Pollution insidieuse par le plastique : de micro déchets parmi les grains de sable

Ce plastique est un véritable poison : il se retrouve dans l’eau (surtout celle en bouteille), dans l’air, dans ce que nous mangeons. Une étude commandée à une université australienne par WWF montre qu’une personne ingère 5 g de plastique par semaine (l’équivalent d’une carte de crédit). On mange quoi à midi, un club sandwich emballé dans du plastique ?

La biodiversité disparaît

Un rapport international de l’ IPBES sorti en mai 2019 indique qu’un million d’espèces sont menacées sur les 8 millions que comporte notre planète. Il est de plus en plus question d’extinction massive.

Tout ça, se sont des preuves. Nous les avons tous sous les yeux et tous, nous en constatons les dégâts. La différence entre nous, c’est ce que nous en faisons.

Quand la conversation commence à tourner autour des solutions possibles, c’est là que ça se gâte… Il y a ceux qui trouvent que vous en faites trop, et qui, en fait, ne sont pas prêts à modifier leurs mauvaises habitudes de consommation. Il y a ceux qui pensent que ce sont aux autres de changer.

Je tiens à dire que je ne suis absolument pas parfaite sur le sujet :

  • je prends régulièrement ma voiture
  • mon fils met des couches jetables
  • j’achète encore, parfois, du plastique
  • les placements que fait ma banque avec mon argent ne sont pas toujours très verts…
  • je prends des douches un peu trop longues

Bref, j’ai une marge de progression ! Je suis aussi consciente de mes blocages. Je n’en fais pas une montagne mais je vois bien que mon mode de consommation ne pourrait pas être généralisé à la planète entière, sous peine d’aggraver ce qui est en train de se produire.

Les gens n’aiment pas qu’on pointe leurs contradictions, et je les comprends. Je n’ai pas envie d’être une donneuse de leçons mais ce que je vois me révolte. Je ne supporte plus qu’on dise qu’on ne peut rien faire parce que les habitudes sont difficiles à changer. Certes, on ne peut pas supprimer ses déchets du jour au lendemain (j’ai d’ailleurs toujours une poubelle), mais on peut faire un peu plus chaque jour.

Récemment, j’ai entendu : « Pour nous les vieux, les habitudes sont prises. C’est aux jeunes de changer ! » Oui, enfin, les jeunes avec leurs chips, leurs paquets de bonbons, ils ne sont pas forcément plus prêts, juste parce que ce sont des jeunes.

Alors : convaincre ou donner l’exemple ?

Je pense que convaincre ne marche pas, ou alors avec des gens qui ont déjà une conscience écologique, comme vous ! Pour les autres, c’est un cheminement personnel qui doit s’enclencher.

Pour vous raconter  ma petite histoire, je ne suis pas devenue écolo en regardant des statistiques. En fait, au début, j’étais la caricature de ce qui m’énerve aujourd’hui : quelqu’un qui ne se sent pas vraiment concernée par la préservation de son environnement. J’étais une prédatrice, une consommatrice, pas une protectrice. Je suis tombée en mars 2015 sur un article dans le journal : Béa Johnson, française émigrée aux Etats-Unis, ne produisait qu’un litre de déchets par an pour sa famille de 4 personnes. Hallucinant ! J’ai voulu en savoir plus. Je crois que je me suis tout à coup sentie capable de faire quelque chose. Et ça a tout changé.

Alors plutôt que de vouloir donner des leçons (même si parfois ça démange !), je pense que le mieux est de montrer aux autres qu’il est possible de modifier son comportement, sans s’en porter plus mal.

Et vous, êtes-vous parfois confrontés à des comportements, des réflexions qui vous insupportent ? J’ai hâte d’en savoir plus !

 

 

 

 

Précédent

Menu végétarien du lundi n°24

Suivant

Menu végétarien du lundi n°25

  1. Super sujet !
    Pour ma part la question de l’écologie est venue quand je suis devenue végétarienne. J’ai vu trop de vidéos des désastres de nos actions sur la planète… Et donc sur les animaux ! On a tous une porte d’entrée différente mais ca a été la mienne.
    Depuis, comme toi, il y a des réflexions et des actions qui me gênent profondément mais je pense aussi que ca doit venir du plus profond de soi et donc… Convaincre serait vain. Par contre, j’explique ma vision des choses. Parce que certes c’est bien beau de dire « préservons la planète » mais de ne rien faire pour…. Je ne suis pas parfaite, oh la non ! J’ai, comme toi, une belle marge de progression mais je cherche à m’améliorer chaque jour…

    • Allegretto

      Oui, c’est vrai, on a tous une porte d’entrée différente, c’est ça qui est bien et en même temps c’est ça qui est difficile pour motiver pour tout le monde ! Chez nous, on mange toujours de la viande, et je sais que l’idéal serait de passer au tout végétal, ou au moins au végétarisme. Merci pour ton retour.

  2. J’ai beaucoup aimé ce billet dans lequel je retrouve beaucoup de mon vécu (d’ailleurs j’en parle aujourd’hui aussi sur le blog, les grands esprits se rencontrent !). Avant je faisais partis des gens affirmant qu’à notre échelle ça ne servait à rien d’agir, et puis j’ai changé (et je change encore) mais j’ai mis du temps…
    L’angle sous lequel ton billet est construit me parait très intéressant. Je ne m’étais jamais posée la question de convaincre ou donner l’exemple. Mais je partage ton point de vu, l’exemple me semble plus utile. Personne n’a réussi à me convaincre, les discours moralisateurs me braquaient encore plus.

  3. Bonjour, tout d’abord merci pour ton commentaire sur mon article de ce matin. Je découvre ton blog et je suis ravie de voir que nous partageons un mode de vie similaire.
    Je suis tout à fait d’accord avec toi : montrer l’exemple est probablement la meilleure façon d’ammener les gens à réfléchir. Car mes discussions avec des personnes pas du tout sensible au sujet se sont soldées par un échec cuisant et beaucoup de frustration. J’avais d’ailleurs fini par écrire un article à ce sujet tellement il fallait que ça sorte…
    En tous cas, beau cheminement que vous avez fait depuis 2015 ! A très bientôt !

    • Allegretto

      Merci pour ton retour ! Je vois effectivement que tu as entrepris beaucoup de démarches en famille en faveur de l’écologie. J’ai hâte de pouvoir continuer à échanger. Bonne journée à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :