Réalité zéro déchet
Le coin spi Non classé Zéro déchet

La réalité est supérieure à l’idée : le zéro déchet

Heureuse de vous retrouver pour ce premier article de l’année 2020. Je poursuis mes réflexions sur cette phrase bien que j’aie mis un peu de temps à savoir sous quel angle la prendre cette fois-ci. Et puis les fêtes de fin d’année m’ont donné la réponse : la réalité du zéro déchet… et si c’était un mythe ?

Au départ : la belle idée du zéro déchet

Revenons tout d’abord à l’origine de notre démarche zéro déchet. C’était en 2015. J’étais enceinte du petit dernier et je suis tombée sur un article de Béa Johnson (voir son blog Zero Waste Home). Cette française émigrée aux Etats-Unis arborait un bocal de 1 litre avec tous ses déchets de l’année. Ca m’a paru complètement fou, et en même temps de la voir là, devant mes yeux, avec son mari et ses deux fils, ça m’a semblé, quelque part, possible. Sur le coup, je me suis imaginée faire comme elle !

Il s’en est suivi une grande période de rangement et de tri dans la maison : les vêtements, les ustensiles de cuisine, les produits cosmétiques, les outils, les jouets… Tout y est passé ! Puis il a fallu changer notre manière de faire les courses : coudre des sacs en tissu, trouver des aliments en vrac, oser proposer les bocaux aux commerçants… Bref, si vous êtes aussi dans une démarche zéro déchet vous connaissez tout ça ! Je vous invite par ailleurs à consulter ces articles sur le sujet : Noël dans la simplicité ou Le zéro déchet ou l’art de la sobriété heureuse.

Quand le zéro déchet se confronte à la réalité

Et puis, cette belle idée de ne produire aucun déchet a dû faire face à une première réalité : mes proches n’étaient pas dans le même délire ! Je ne sais pas comment fait Béa Johnson, mais moi, ne voulant pas me brouiller avec mes amis et ma famille, j’ai dû accepter les choses suivantes :

  • les jouets en plastique (le petit Pikachu qui arrive d’on ne sait où)
  • les emballages de jouets neufs (Playmobil et Lego pour ne pas les citer)
  • les boîtes de chocolats
  • les emballages de fleurs
  • les papiers cadeaux (le tissu a du mal à rentrer dans les moeurs)
  • le sapin (que l’on pourra replanter après, quand même)

Alors peut-être que je devrai être catégorique comme Béa Johnson et refuser systématiquement les cadeaux qui produisent des déchets. Mais pour moi, refuser un cadeau, c’est comme si je refusais à la personne le désir de me faire plaisir, et ça… ça me paraît juste être un crève-coeur ! Toujours est-il que de mon côté, je continue à emballer avec du tissu et à offrir du fait maison, on ne sait jamais, ça pourrait donner des idées !

Et le reste du temps ?

Cette première partie pourrait vous faire penser qu’hormis les cadeaux, niveau zéro déchet, on gère ! Honnêtement, la réalité nous rattrape toujours, et ce n’est pas systématiquement la faute des autres. Je vous fais le plaisir de vous inviter dans ma poubelle pour y voir :

1) Beaucoup d’emballages de médicaments. La santé avant tout, n’est-ce pas ? Parfois, on n’a pas vraiment le choix. Alors avant que les médicaments ne soient vendus en vrac, je suis bien obligée de produire des déchets plastique.

Réalité zéro déchet

2) Les couches de mon petit dernier. A 4 ans, il en a toujours besoin la nuit. Les couches jetables devaient être provisoires, et puis ça dure…

3) Enfin, tout n’est pas accessible en version zéro déchet, à moins de faire 30 km pour en trouver. Alors on finit par craquer et on a un emballage de plus !

Réalité zéro déchet

Les belles surprises zéro déchet

Je vous livre quand même ces photos pour faire honneur aux cadeaux zéro déchet reçus cette année. Finalement, les idées ne manquent pas.

Pour terminer là-dessus, chez nous le zéro déchet reste encore une belle idée que nous essayons d’atteindre. Mais force est de constater que la réalité nous rattrape toujours. Accepter cette limite nous aide aussi à concevoir que le monde dans lequel nous vivons ne peut se passer de déchet pour le moment. Un jour peut-être !

Et vous, quels sont vos confrontations du zéro déchet avec la réalité ? 🍕🎁

J’en profite pour vous souhaiter une excellente année 2020 ! 🥂

Marine

« La réalité est supérieure à l’idée »

Marine

Maman de trois garçons, j'aime trouver des astuces pour apporter à notre famille une vie plus simple et plus verte : cuisine, bricolage, produits faits maison...

You may also like...

8 Comments

  1. J’aurai pu écrire cet article !
    Tout est dit et rien à rajouter !
    Sauf peut être notre expérience. Elle a débutée à la naissance de ma fille… Même lecture… Même constat… Je m’y suis donnée à fond… Trop… Je m’y suis épuisée… Aujourd’hui je fais du mieux que je peux mais je ne veux plus m’y épuisée.
    Alors oui tout n’est pas parfait mais tant pis, on essaye !

    1. Merci pour ton retour Nadège ! En effet, le zéro déchet peut devenir une obsession et nous épuiser. Le but n’est vraiment pas d’y laisser des plumes. Bonne année à toi !

  2. Le fait d’être dans cette réflexion de consommation responsable est déjà énorme.
    En ce qui me concerne, pour Noel je me suis lancée dans les emballages zéro déchets. C’est d’ailleurs en écrivant un article sur le sujet sur mon blog, que j’ai découvert le furoshiki. Finalement, en cherchant un peu il y a des astuces pour limiter les déchets, mais, ne plus en produire du tout, me semble très compliqué.
    Je te souhaite une très belle année.

    1. Merci pour ton commentaire. J’aime beaucoup le furoshiki, c’est une façon vraiment amusante de faire de zéro déchet. Mes enfants s’y sont mis et maintenant ils emballent les cadeaux eux-mêmes. Et entre copains, ça ne leur pose pas de problème d’avoir des emballages en tissu. Certaines mamans s’y sont même mises ! Je suis d’accord que le zéro déchet est juste impossible à atteindre… Bonne année à toi aussi !

  3. Pfiouh, il y a tellement de fois où je suis confrontée à la réalité du zéro déchet pas faisable… Notamment dans les magasins… même au bio, il y a finalement très peu de vrac… Et j’achète des emballages… qui partent donc directement à la poubelle ! J’aimerai tant qu’un magasin de vrac s’ouvre par chez moi ! En tous cas ton article me donne des idées supplémentaires 😉

    1. Les magasins Day by Day sont plutôt bien achalandés, mais il manque toujours des choses… Par exemple tout ce qui est à base de tofu, c’est toujours suremballé. J’espère quand même que ces magasins vont se développer davantage. Merci pour ton commentaire !

  4. Je me retrouve dans ta réflexion. On ne peut pas toujours imposer nos choix de vie (même si on aimerait). Je pense d’ailleurs qu’en forçant la main on ne fait souvent que braquer ! Pareil pour les cadeaux, offrir à l’homme ou aux enfants des cadeaux d’occasion ne me pose pas de soucis, pour ce qui est des autres c’est différent, j’ai peur de vexer… Alors je tente de couper la poire en deux, j’essais de faire des cadeaux trouver auprès d’artistes ou d’artisan, des cadeaux immatériels aussi… sait-on jamais, des fois que ça donne des idées !

    1. Oui, c’est vrai que c’est en donnant l’exemple que ça marche encore le mieux. La démarche zéro déchet est une bonne démarche qui, selon moi, a tout du bon sens. Mais vouloir forcer, c’est, comme tu le dis, braquer ! Des cadeaux d’artisan et d’artistes sont une super idée, rien de mieux pour développer le commerce local. Merci pour ton retour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *