Ce mercredi 6 mars, les chrétiens débutent le Carême. Il a, dans notre société, une image poussiéreuse, il nous fait penser à une période de privation, et ça, dans une société de consommation, on n’aime pas trop. Et puis, qui aujourd’hui respecte le Carême ? Est-ce vraiment si démodé ?

Pendant le Carême, les chrétiens se préparent à fêter Pâques, qui est en quelque sorte l’apothéose de la foi chrétienne : la résurrection d’un homme, le passage d’une mort atroce à une vie resplendissante.

Le mercredi des cendres (aujourd’hui) nous rappelle tout simplement ce que nous aimerions mieux oublier dans notre vie, ce qui va mal : notre manque de confiance en nous, nos peurs face à l’avenir, nos soucis quotidiens, nos colères, nos sentiments de culpabilité… la liste peut être longue ! Le Carême n’est pas là pour nous morfondre sur nous -mêmes mais il nous aide à faire le vide. Il nous aide à laisser plus de place à Dieu, comme si nous ouvrions nos voiles pour laisser le vent les gonfler d’air.

Le mouvement zéro déchet dont je parle si souvent nous aide aussi à faire le vide ! Personnellement, quand j’ai commencé la démarche, je me suis mise à vider mes placards des objets dont je n’avais pas besoin, des vêtements que je ne mettais jamais, des cosmétiques aux contenus douteux… et ça m’a fait un bien fou !

Si je sais que je raffole du shopping, je peux me dire que pendant la période du Carême j’évite les achats compulsifs. Bonne nouvelle : ils ne sont pas nécessaires à ma vie et cela fera du bien à mon budget.

On peut aussi se restreindre en terme de sucreries, d’alcool, de tabac… sans se culpabiliser s’il y a des loupés.

Cela peut être une mauvaise habitude qu’on a du mal à lâcher, comme critiquer telle ou telle personne, se trouver des défauts en permanence…

Entre les lundis sans viande, les mois sans supermarché, sans plastique, sans alcool… le Carême peut trouver sa place dans notre société ! Pendant 40 jours, vous pouvez vous donner un défi, tout seul ou à plusieurs.

Bref, cette période est propice au changement en mieux ! Et même les enfants peuvent faire un petit effort pour rendre un service par exemple. C’est aussi les responsabiliser que leur dire qu’ils peuvent participer au mieux être de la famille.

Pour les enfants, j’ai trouvé un Chemin de Carême qui les aide à se repérer pendant cette période. C’est un peu la version moins commerciale du calendrier de l’Avent. Ils aiment beaucoup, ça leur permet de patienter mais aussi de suivre les moments importants de la semaine sainte, juste avant Pâques.

« Et moi, je suis comme un canal issu d’un fleuve,
comme un cour d’eau conduisant au paradis.
[…]
Et voici que mon canal est devenu fleuve
et le fleuve est devenu mer. »
(Ecclésiastique 25, 30-31)

Et vous, trouvez-vous que cette période du Carême soit particulière ?

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton