Étiquette : enfants

Nourrir les oiseaux

Il y a quelques semaines, j’avais découvert sur un blog une recette toute simple pour nourrir les oiseaux : et ça marche ! Cela a donné l’idée à mon fils cadet de fabriquer un joli abri pour nos amis à plumes.

Comment nourrir les oiseaux en hiver ?

Je vous ai déjà donné des recettes dans l’article Atelier fabrication de mangeoires. Depuis, j’ai trouvé une recette encore plus simples, à partir de muesli et d’huile.

1) Dans une assiette, mélanger deux cuillerées à soupe de muesli (ou avoine).

2) Ajouter deux cuillerées à soupe d’huile. Mélanger.

3) Placer l’assiette dans votre jardin.

Voici la réalisation de mon fils.

Vous pouvez aussi participer ce week-end au comptage des oiseaux. Il s’agit, pendant une heure, de compter et de répertorier les espèces d’oiseaux dans votre jardin par exemple. Le site bretagne-vivante met à disposition un lexique illustré, si comme moi, vous êtes ignares en la matière ! Vous pouvez ainsi compléter leur formulaire en ligne. Une bonne occasion de voir si vos mangeoires attirent !

Allez-vous participer ? Vous pouvez me donner vos retours !

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Les enfants de L’Eau ka Terre

« Etre responsable de son passage, c’est laisser notre Terre au moins aussi belle que nous l’avons trouvée au début de notre aventure. » Voilà le message des sept enfants bretons du mouvement L’Eau ka Terre. Ils ont entre 10 et 14 ans et se sentent déjà plus responsables de leur planète que beaucoup d’adultes !

Ils s’appellent Anouck, Apolline, Clémentine, Léopold, Milan, Noah et Paloma (la photographie ci-dessous est tirée du journal Ouest France).

Après avoir lu un article dans l’Ouest France du mercredi 9 janvier, je suis allée visiter leur site Internet. L’Eau ka Terre est un groupe d’enfants inspirés par Greta Thunberg. Oui, souvenez-vous de la jeune suédoise qui a fait sensation à la Cop24 : voir son discours ici.

Ces enfants ont des idées, quelques actions dont des participations aux manifestations pour le climat. Et ils ont le mérite d’alerter ! Je ne peux que vous encourager à visiter leur site et à y aller avec vos enfants, il y a de courtes vidéos sympathiques, comme celle sur le Noël de la famille Playmobil et le dessin animé sur le réchauffement climatique. Mon fils de 7 ans les a vues, ça lui a bien plu, et même s’il a déjà une conscience écologique, il a vu que d’autres enfants avaient les mêmes idées que lui ! Vous pouvez aussi vous abonner à leur chaîne Youtube pour les soutenir.

« L’homme est semblable à un souffle,
ses jours sont comme l’ombre qui passe. » (Psaume 144)

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Les enfants alertent sur le climat

Le bilan de la Cop24 qui s’est achevée le 15 décembre dernier laisse perplexe nombre de commentateurs, comme Laurent Fabius : « Il est clair que la lutte contre le changement climatique ne va ni assez vite ni assez loin ». En accord avec cette déclaration, une touche de vérité et de fraicheur s’est invitée à la table des négociations : prenez le temps de regarder la vidéo si ce n’est déjà fait !

Le 8 octobre dernier, le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) remettait un rapport étudiant les possibilités de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. D’après ce rapport, il nous reste environ douze ans pour éviter une catastrophe de grande ampleur. Des changements environnementaux sont à attendre dans les années qui viennent.

Certains pays ont, lors de cette conférence, refusé « d’accueillir favorablement » ce rapport. Ces pays sont l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et la Russie…

Il n’est pas de mon ambition de commenter les décisions prises à cette conférence, je peine à vrai dire à trouver les documents officiels. Néanmoins, je suis tombée sur ces articles qui m’ont rendue perplexe quant aux décisions prises face à l’urgence du climat.

Un résumé de la Cop 24 ?

L’Express (rapport assez complet)
A l’Encontre (rapport encore plus complet et très critique)
France tv info (rapport bref, moins critique)
Le Monde (intéressant, sous forme de questions/réponses)

La vidéo de Greta Thunberg

Je voudrais simplement noter la place donnée à la parole d’une jeune adolescente dans cette conférence, celle la jeune suédoise Greta Thunberg, qui n’a pas hésité à invectiver les dirigeants :

 » Même ce fardeau, vous le laissez à nous, les enfants. »

« Vous dites que vous aimez vos enfants par dessus tout et pourtant vous volez leur futur devant leurs yeux. »

Voici la vidéo :

Certes, elle s’exprimait pour le compte d’une ONG, son discours n’est sans doute pas uniquement de sa propre initiative, mais la parole d’une enfant a plus d’impact que celle des militants écologistes ! Et elle restera dans les mémoires…

Le chemin est encore long (comme le dit notre ministre François de Rugy). Va-t-il dans le bon sens ? Il semble que le bilan de cette conférence soit ambigu, et qu’il y ait énormément de difficulté à adopter des positions communes à 200 pays. Mais écoutons nos enfants, ne sont-ils pas les premiers à être concernés ? Ils ont généralement la parole innocente et pleine de bon sens. La réalité est que le changement appartient à chacun d’entre nous et qu’on ne peut pas attendre de nos dirigeants de régler le problème à notre place. C’est à nous d’agir !

« Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » (Matthieu 11, 25)

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Atelier fabrication de mangeoires

Ma commune organisait samedi dernier un atelier de fabrication de mangeoires pour les oiseaux. Petits et grands étaient au travail, moi j’observais les enfants construire, imaginer, s’appliquer pour donner à nos amis les oiseaux de quoi se nourrir et se protéger pour l’hiver. Je vous livre tous les secrets des mangeoires !

Fabrication de boules à graisses

Deux techniques ont été présentées.

La première consiste à mélanger de la végétaline (ou huile de coco) avec des graines de tournesol.

1) Faire fondre la végétaline dans une casserole.

2) Verser les graines dans un gobelet.

3) Faire un noeud au bout d’une ficelle et placer la ficelle jusqu’au fond du gobelet.

4) Ajouter la végétaline et attendre qu’elle durcisse.

Il n’y a plus qu’à suspendre !

La seconde a été imaginée par un des enfants présents. Il faut du beurre (oui, nous sommes en Bretagne…), des graines, du filet (récupéré dans du filet pour les oranges), et de la ficelle.

  1. Avec les mains, fabriquer des boules en malaxant du beurre et des graines.
  2. Entourer les boules de filets.
  3. Attacher une ficelle.

 

Avec des pots en terre cuite

Il suffit de percer un trou suffisamment gros pour héberger tel ou tel type d’oiseau. Enrouler ensuite autour du pot un fil de fer pour pouvoir le suspendre.
Voici les dimensions requises :

  • rouge-queue à fond blanc : 30 à 40 mm de diamètre
  • sittelle torchepot : 32 mm de diamètre
  • étourneau sansonnet : 35 mm de diamètre
  • huppe fasciée : 80 mm de diamètre
  • mésanges : 25 à 30 mm de diamètre
  • moineau : 30 mm de diamètre

Ne pas utiliser de couleurs criardes pour ne pas effrayer les oiseaux !

 

Des mangeoires en bois

Les plus bricoleurs ont réalisé des mangeoires en bois. Il vous faudra pour cela une scie, des vis, un tournevis. Il est conseillé de laisser le bois tel quel, sans le peindre. Enduisez-le éventuellement d’huile de lin.

Voici les plans (clic droit + afficher l’image pour agrandir et voir les dimensions) :

Dans une brique de jus d’orange

Il y a aussi ceux qui laissent libre court à leur imagination, voici ce que ça donne !
Un bâton enfoncé dans la brique, et une boule de graisse accrochée à l’intérieur, la ficelle coincée dans le bouchon. Un fil de fer sur le dessus servira à l’accrocher.

Ou encore ce modèle plus perfectionné :

 

La pédagogie de l’enseignant trappeur

Voilà un nouvel article pour inaugurer cette rubrique « les enfants m’inspirent ». Je regarde mes enfants et je me dis sans cesse que ce qu’ils préfèrent c’est passer du temps dehors à courir, à faire du vélo, à jouer avec leurs copains, à découvrir, à explorer. Nous pensons les combler à force de cadeaux (en plastique !) alors que tout est dans la nature.

La lecture du livre suivant m’a beaucoup inspirée. J’ai eu la chance de rencontrer son auteur l’été dernier, un professeur des écoles qui expérimente, ni plus ni moins, le réenchantement de l’école grâce à la nature. Les enfants s’ennuient, les professeurs se lamentent… Et si la reconnexion à la nature était la solution ? Si les apprentissages, au lieu de passer par les tablettes et autres gadgets numériques, prenaient leurs sources dans le lien avec le vivant ?

                                          Enseignant trappeur, pourquoi pas !
                                           Quand la nature réenchante l’école

L’auteur, Philippe Nicolas, est enseignant à Gennevilliers en région parisienne. Son livre est écrit simplement, comme un journal de bord, il se lit facilement. Il est rempli de réflexions d’enfants, et de la recherche intérieure, spirituelle, de l’auteur. Il y détaille aussi sa passion pour la pêche. C’est inspirant, vivifiant, nouveau !

La solution pour l’école serait-elle dans le plus de numérique ? Dans les classes inversées ? Dans la nature ? Le débat est ouvert !

Voici un lien vers un petit film, réalisé lors d’un projet avec ses élèves : Vidéo les Saventuriers

« Aujourd’hui l’école à l’image de notre société verse dans l’activisme, il faut sans cesse faire des choses, accumuler des expériences sans pour autant découvrir la sobriété d’habiter la Terre en ayant trouvé son nom véritable tapi au tréfonds de son intériorité. Les enfants sont devenus des goinfres d’activités, assujettis à des emplois du temps du ministre. […] Tout, les droits de rêver, de flâner se sont substitués à l’obligation de performer. »
Philippe Nicolas (page 98)

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Allegretto sur Hellocoton

Anniversaire zéro déchet

Nos poubelles ont malgré tout débordé à la fin de cette fête d’anniversaire car mon fils a été couvert de cadeaux emballés ! Malgré tout, aucun déchet pour l’organisation, très très simple. Ce qui est important, ce ne sont pas les objets, ni les bonbons, mais le souvenir que les enfants vont garder.

La chasse au trésor

Matériel :

  • le trésor : une boîte en carton avec à l’intérieur des sacs en tissu remplis de bonbons achetés en vrac à la boulangerie ;
  • des objets de la maison pour les épreuves (surtout n’achetez rien !).

Je leur avais écrit un message codé  : le but était de réaliser des épreuves pour déchiffrer les signes et trouver le message. Celui-ci indiquait bien sûr l’emplacement du trésor.

morceaux de papier issus du bac de recyclage (sac de farine de 5 kg)

Pour les épreuves, il suffit de regarder sur Internet, il y a plein d’idées. A titre d’exemple, nous avons joué à :

  • renverser des quilles,
  • se passer des oeufs,
  • faire la course, chacun ayant une feuille de papier journal à garder sous chaque pied,
  • goûter des aliments (le goûteur ayant les yeux bandés)…

Le goûter

Des jus de fruits en bouteilles de verre, un gâteau et des chaussons au chocolat. Pas de paille, pas de serviette, je ne me suis pas embêtée !

Tout ça ne m’a pas coûté grand chose, les gâteaux sont faits maison, il faut compter 5 euros pour les jus de fruits et 6 euros pour les bonbons.

J’ai récupéré les papiers emballant les cadeaux, pour du bricolage maison. Mon fils s’est aussitôt mis à décorer l’arbre à chat !

Et pour finir, voici mes sacs en tissu, faits maison (j’ai coupé des rectangles de 20 cm sur 30 cm).

Si cela vous intéresse, ils sont en vente à 1 euro le sac, 8 euros le lot de 10.

 

 

 

Une sortie saine et sauve

Avez-vous déjà entendu parler du septième continent ? Il s’agit, sur notre belle planète bleue, d’un tout nouveau continent, 100% généré par l’être humain et constitué uniquement de… plastique. N’allez pas imaginer une montagne de déchets en tous genres, en réalité la pollution due au plastique est beaucoup plus pernicieuse : le plastique est plus ou moins digéré par la nature en devenant des nanoparticules de plastique, c’est-à-dire des particules 1 milliard de fois plus petites qu’un mètre, autant dire invisibles à l’oeil nu. Si on ne peut les observer, elles n’en sont pas moins polluantes : métaux lourds, perturbateurs endocriniens… Tout cela mettant en danger les animaux marins, et à terme la santé humaine (eh oui, qui mange les poissons ? ).

Le septième continent a pour le moment une superficie de 6 fois la France, avec 30m de profondeur par endroits et une densité de 6 kg pour 1 kg de plancton. Il se répartit sur plusieurs parties du globe. Ci-dessous une image issue du site http://www.septiemecontinent.com

Cette association permet des investigations scientifiques en organisant des expéditions pour aller à la rencontre de ce continent de plastique.

Et nous, que pouvons-nous faire ? Personnellement, je ne jette pas de plastique à la plage… Par contre, je vois bien que certains le font et que les côtes près de chez moi sont loin d’être propres. Ni une, ni deux, nous voilà partis pour une après-midi nettoyage.

Nous avons nettoyé une des plages près de chez nous, les enfants ont adoré se rendre utiles.

« Il y a des gens qui jettent leurs bouteilles à la plage ? »

« C’est dégoûtant ! »

« On sauve la planète ! »

Les algues prennent racine sur les déchets plastiques.

Des micro-déchets qui se mélangent au sable, principalement les morceaux de peinture des coques de bateaux.

Encore un déchet issu de la pêche.

Voici notre récolte en deux heures de temps.

Bilan de l’après-midi : nous avons joint l’utile à l’agréable ! Plutôt que de rester enfermés à jouer aux Lego, les enfants ont pris l’air, se sont dépensés, et ont eu un cours pratique d’écologie ! Je vous conseille d’essayer !

« Les océans non seulement constituent la majeure partie de l’eau de la planète, mais aussi la majeure partie de la grande variété des êtres vivants, dont beaucoup nous sont encore inconnus et sont menacés par diverses causes. » (Laudato si – Pape François).

Page 2 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén