Envie de changer le monde Les enfants m'inspirent Non classé Spiritualité

La réalité est supérieure à l’idée (première partie)

« La réalité est supérieure à l’idée » : c’est une phrase du Pape. Mais, sortie de son texte d’origine, elle peut nous parler de façon très personnelle, et ce, dans beaucoup de contextes. Cette phrase me trotte dans la tête depuis un bon moment, quelque chose me dit que je devrais écrire un article là-dessus, et puis je procrastine…

J’ai finalement décidé d’écouter cette petite voix et de vous parler de ce que cette phrase m’évoque. Peut-être y trouverez-vous matière à réflexion ?

La dure réalité de parent

Bien sûr, nous aimons nos enfants. Nous voulons le meilleur pour eux et souhaitons à tout prix qu’ils soient heureux, qu’ils trouvent leur voie. N’empêche que nous avons tous des idées préconçues, plus ou moins marquées, sur ce que nos enfants devraient faire pour y parvenir :

  • Tu veux faire du foot ? T’es sûr ? Pourquoi pas de la natation, c’est mieux ça, non ?
  • Passe ton bac d’abord !
  • Quand tu auras 18 ans, on en reparlera.
  • Tu veux mettre les chaussures bleues ? Mais non, c’est mieux les rouges, hein ! (petit sourire enjôleur)
Peut-on connaître le chemin intérieur que prennent nos enfants ?

Bref, la liste est longue, des injonctions entendues, et que nous répétons à notre insue… N’hésitez pas à la poursuivre en commentaires !

Je ne veux pas dire qu’en tant que parents nous n’ayons rien à inculquer ni à transmettre à nos enfants, mais, force est de constater que la réalité est bien plus nuancée. Nos chers petits ont déjà leur personnalité et, fort heureusement, nous, les parents, les éducateurs, nous ne pouvons pas les modeler à notre guise ! Ils nous surprennent d’ailleurs très souvent par leurs réflexions et leurs solutions qui sont parfois aussi louables que les nôtres. Encore faut-il les écouter.

Ce qui veut dire que les enfants sont supérieurs aux adultes ?

Ce qui veut dire que je refuse de réfléchir comme ça. Je ne souhaite pas me lancer dans un débat sur la parentalité positive, ses points forts et ses dérives… Je me rends juste très souvent compte que la réalité de mes enfants dépasse largement mes idées. Elle les met à mal, elle les agace parfois, mais bien souvent elle s’impose d’une manière ou d’une autre. Ce qui m’amène à penser que lutter contre la réalité est bien plus fatiguant que de l’accepter.

  • Oui, il veut faire du foot, qu’est-ce qui le pousse dans cette idée ? Essayons de creuser et réfléchissons avec lui.
  • Passer son bac avant quoi ? Et si le désir de notre enfant se jouait là, justement ?
  • Même chose, peut-être qu’à 18 ans cette petite voix ce sera tue, et ce serait bien dommage…
  • Et pourquoi veut-il mettre les bleues ? Je parle d’expérience : mon fils les préfère car elles courent plus vite !

Il ne s’agit pas non plus d’accepter passivement que nos enfants fassent toujours ce qui leur plaît. Leurs désirs sont souvent guidés par leurs émotions et nous ne pouvons pas les laisser faire n’importe quoi. Nous, parents, avons vraiment un rôle à jouer en accompagnant nos petits. Mais je crois qu’avant tout, nous devons prendre en compte leur réalité.

Je termine cette partie sur l’éducation, en me rendant compte de la richesse de cette phrase : je poursuivrai un autre jour. Je vous invite donc à me suivre dans un autre article !

Et vous, que vous inspire cette citation ?

« La réalité est supérieure à l’idée »

Marine

Maman de trois garçons, j'aime trouver des astuces pour apporter à notre famille une vie plus simple et plus verte : cuisine, bricolage, produits faits maison...

Vous pourriez également aimer...

6 commentaires

  1. Nadège Aguera says:

    Bel article!!!!
    Effectivement je pense qu’il vaut mieux accepter la réalité plutôt que de lz combattre !!!
    Et les enfants nous le font comprendre encore plus !!
    Je prends l’exemple de notre instruction en famille.
    Je suis à l’aise avec le formel et l’éducation traditionnelle… Pas mes enfants.
    Après un certain nombre d’année, j’en viens à en déduire sur même si je passe 2heures à expliquer à mon enfant, un sujet qui ne lui plaît pas ou ne le passionne pas, il aura tout oublier le lendemain !
    À l’inverse, si la demande vient de lui, il retiendra !
    Pas simple nos enfants !!!

    1. Ah oui, comme je te comprends. On a été formé nous-mêmes à l’éducation traditionnelle, ça nous demande pas mal de gymnastique de faire autrement. Et puis quand c’est maman le prof, je suppose que ça rajoute des difficultés ! Merci pour ton retour.

  2. Super intéressante ta réflexion… J’ai noté la citation et je prendrai le temps d’y réfléchir aussi de mon côté. En tous cas, elle est inspirante et ouvre mille portes… Hâte de lire la suite de tes articles à ce propos !

    1. Merci Charlotte pour ton commentaire. Cette phrase m’aide souvent à dédramatiser et à débloquer des situations qui me paraissent insolubles.

  3. Très bien tournée ta réflexion sur la phrase du Pape François.
    Si j’en juge par ma (désormais longue !) expérience parentale c’est également ce que je pense au plus profond de moi. Merci donc pour ce beau développement appliqué à la vie concrète de tous les jours et nourri de l’expérience de jeune maman.
    Bravo aussi pour tous les autres textes déjà écrits dans d’autres contextes (notamment pour le groupe Fizians). La vie est belle : donc, belle journée à toi !

    1. Merci Raoul pour ton commentaire. Je prends note de ta longue expérience ! Bonne journée à toi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *