Psaume 104 : les splendeurs de la création

En feuilletant la Bible, on trouve très souvent des perles qui dévoilent la beauté de notre bonne vieille planète. Car oui, on n’en a qu’une et quand on aura épuisé les ressources, qu’il n’y aura plus de pétrole, on devra quand même rester, il n’y a pas de planète de rechange…

Le Carême ou l’espoir d’une renaissance

« Car il y a pour l’arbre un espoir : une fois coupé, il peut verdir encore et les jeunes pousses ne lui feront pas défaut. Quand bien même sa racine aurait vieilli en terre, et que la souche serait morte dans le sol, dès qu’il flaire l’eau, il bourgeonne et se fait une ramure comme un jeune plan. » (Job, 14, 7-8)

Laisser un peu de place à Noël

Le top départ des achats de fin d’année a été donné par le Black Friday. Nous subissons à nouveau une mode nous venant de l’autre côté de l’Atlantique et qui nous réduit à de simples acheteurs. A cette période de l’année, je ne peux m’empêcher de penser à la chanson de Souchon.

Quand l’écologie favorise l’oecuménisme

Le 1er septembre est une journée particulière pour les orthodoxes. Il s’agit d’une journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, en plus d’être le début de leur année liturgique. Depuis 2015, sous l’impulsion du pape François, cette journée de prière est commune à l’Eglise orthodoxe et à l’Eglise catholique.

Le label Eglise verte

L’Eglise se met à l’écologie ! Depuis l’encyclique du Pape François, rien d’étonnant à cela bien sûr. Quoique… Je me rappelle encore les JMJ de Cologne avec ses stands de distribution de nourriture et les plateaux, barquettes, couverts, verres en plastique, sans possibilité de tri ni de compost ! Est-ce que tout cela va changer ? Les cathos sont-ils prêts à franchir le cap ? Si on ne fait rien, si l’Eglise ne fait rien, le Pape François aura écrit un magnifique texte qui risque de rester sur l’étagère des bibliothèques du Vatican. Mais on peut y voir le début d’une nouvelle ère, ou « cathos » et « écolos » ne seront plus antagonistes.